• aside

Les points à surveiller pour l’achat d’anciens domaines

Avec la diversité et la disponibilité des noms de domaines ciblés sur vos produits qui se rétrécit, la solution du rachat d’anciens domaines ou de domaines en parking devient une alternative SEO grandissante. Mais avant de se lancer sur meilleure-solution.com, voici quelques indicateurs pour vérifier que ce domaine n’a pas un historique qui risquerait de faire l’effet SEO inverse : un ancien site de spammeur, ancien site porno ou encore un blacklistage Google qui vous fera démarrer avec un boulet…

Les indicateurs pour le rachat de domaine

  1. Age et historique : Première étape, vérifier l’ancienneté d’un domaine et son historique. Des outils comme Domain Tools vont vous permettre de connaître ces informations (date de création, whois), de fouiller dans les propriétaires du domaine. Pour l’historique archive.org et son outil Wayback Machine sont comme la mémoire du web, et permettront de vérifier à quelles fin le domaine a été utilisé, ses mises à jour ou s’il a été uniquement parké.Archives.org - Wayback Machine : historique du donmaine

    Domain tools : outil de vérification whois, date de création

    Domain Tools – Whois, date de création, historique, IP inversée, monitoring

  2. Popularité, PageRank : 2 indices de qualité très simple à découvrir. Pour le premier des outils type Compete, Comscore ou Alexa vont afficher son rang, et pour le PageRank soit via des sites online (SEOMoz, pagerank.fr), soit votre Google Toolbar. Si le domaine a été parké, ne vous attendez pas à des valeurs.
  3. Mots-clés : Une fois l’analyse de la fiabilité “SEOable” faite (pas de vice type historique de spamblog, utilisation illicite porno/jeux en ligne), l’un des critères les plus importants est bien sûr les most-clés. L’idéal étant de retrouver le mot-clés le plus recherché de votre secteur, métier ou produit dans le domaine : Deux Ex AdWords pour une approche volume de recherche. Et contre toute attente, sans tiret (motcompose.fr) marche aussi bien que avec tiret (une idée reçue du référencement). À privilégier les extensions du pays ciblé ou le .com (pour le moment les nouveaux TLD n’ont pas encore assez d’autorité et peuvent prêter confusion chez l’internaute)
  4. Backlinks et distribution des textes de la balise ancore : autre critère de référencement très important, le nombre de sites qui pointent vers ce domaine potentiel et surtout les mots-clés utilisés. Par exemple si vous projetez un site sur le marché du recrutement, privilégier le domaine qui aura le plus de variantes. Pour vérifier cet indicateur de bon référencement, le tout nouvel outil OSE permet de contrôler. Pour les domaines de marque, il arrive malheureusement que 90% de ces rétroliens soient uniquement établis sur la marque elle-même).Open Site Explorer : analyse backlinks, balise ancre
  5. Pages indexées : Si le domaine est encore actif, le nombre de pages dans l’index principal de google (site:www.domaine.com/*) par rapport au nombre total (avec déduction l’index supplemental, ou pages ignorées), un excellent indicateur de la qualité du contenu.
  6. Maques de commerce : et surtout ne pas acheter des domaines qui sont en fait des marques dans d’autres pays.

Enfin, attention aux techniques malicieuses (black hat) pour vous revendre des domaines en PR8, 3 millions de backlinks, souvent ce sont des redirects sur d’autres gros domaines qui faussent les données.

Où et comment acheter des anciens domaines ?

Vous voici sensibilisé, alors foncez chez sedo.fr, parkeddomain.com ou encore namedrive.com qui font régulièrement des opérations bulk de domaines dans des secteurs d’activité, et le gros avantage de suivre ces campagnes : les revendeurs auront déjà fait l’analyse de ces domaines pour ne pas revendre des produits avariés ! Attention aux enchères sur des mots-clés génériques très alléchants, les brokers connaissent la valeur indirecte de ces DNS et vont placer la barre haute, une approche personnalisée au propriétaire est souvent plus rentable.

Reblog this post [with Zemanta]

9 Comments

  1. Yes, un petit billet sympathique, malheureusement souvent certains indicateurs sont tronqué (PR et Alexa) dans le cadre d'un ndd plus utilisé depuis longtemps, reste les backlinks pour voir si on peut récupérer quelques bl avec une bonne notoriét.

    Seul bémol, sur Sedo ça a tendance à surestimer la valeur réel d'un domaine !

    • @Nicolas : c'est clair qu'il existe un flou extraordinaire entre le prix vendeur et la marge Sedo, chacun son métier et ils le font très bien à croire leur croissance.
      Maintenant l'autre question c'est de savoir si le rachat de domaine est une activité qui profite plus aux spéculateurs et brokers qu'aux utilisateurs finaux, comparé à un nouveau domaine…

  2. Yes, un petit billet sympathique, malheureusement souvent certains indicateurs sont tronqué (PR et Alexa) dans le cadre d'un ndd plus utilisé depuis longtemps, reste les backlinks pour voir si on peut récupérer quelques bl avec une bonne notoriét.

    Seul bémol, sur Sedo ça a tendance à surestimer la valeur réel d'un domaine !

    • Très important, à relativiser… C'est souvent une idée reçue que tout le référencement se fait sur le mot-clé dans le domaine. Les textes dans les balises meta, TITLE et le corps du texte ont a eux seuls beaucoup plus d'importance!

  3. Je pense que ce marché a de beaux jours devant lui vu qu'il est illusoire aujourd'hui de vouloir bien se positionner sur des requêtes semi-concurrentielles avec un nom de domaine qui a moins de 5 ans. On peut mettre le paquet sur le contenu et le netlinking et se retrouver toujours derrière de vieux sites faits à l'époque des tableaux HTML, avec 50 backlinks en apparence pourris…mais qui sont sur la toile depuis 1999 !

Leave a Reply