• aside

Rédaction Web et référencement : guide de bonnes pratiques SEO

L’a rédaction web a un style qui s’apparente beaucoup plus à de la meta-information que du format classique print. C’est ici l’occasion d’adapter un guide que j’ai utilisé avec des collaborateurs journalistes afin d’exprimer les bonnes pratiques de rédaction web et améliorer le référencement naturel de leurs articles. En gros voici comment rédiger un article pour que Google le référence plus efficacement!

Reprenons la trame de l’article original :

Le titre : court, visible, explicite, accrocheur, autonome

Le titre est effectivement considéré dans le Top 5 des facteurs SEO, c’est le point d’entrée d’une page pour son caractère sémantique. Et c’est donc là que vous devrez enrichir en mots-clés, mais pas n’importe lesquels : ceux qui définissent la cible du contenu (par exemple si l’article a pour sujet l’iPhone, la préférence ira au terme “Iphone” plutôt que “smartphone” que vous garderez dans le contenu pour solliciter la “long tail keyword“). Nouveauté, Le titre est aujourd’hui votre meilleur atout dans les réseaux sociaux et son caractère autonome est très important lorsqu’il se retrouve retweeté et agrégé (RSS, annuaires 2.0), soyez donc clair, net et tweetable!

retweet-seoDétails : de nombreuses expressions ont déjà fait leur preuve pour stimuler le retweet et le clic dans les digg-like : “Le top 5 des thèmes WordPress”, “les 10 meilleurs outil pour Twitter”, “Le livre blanc du webmarketing”, “Conseils, les 5 erreurs SEO à ne pas commettre”,  “80,5% des utilisateurs Facebook…”, “le guide officiel”,… De plus le langage change et les nouvelles lois Twitter imposent de connaître l’architecture d’une information raccourcie et les techniques pour remonter (#hashtags, URL Shortener tel que bit.ly, RT pour retweet, voici un exemple : “#[rubrique] : [titre] – RT @palbertus”).

La recherche sociale prend des part doucement (18,7% des utilisateur la trouve pertinente) et Google, Bing ont annoncé récemment l’insertion des contenus chaud dans les résultats. Pour les retardataires, un dossier Twitter de ReadWriteWeb.

Rappel, la balise TITLE de votre page : si vous avez accès à cet élément dans votre CMS, vous pourrez y ajouter la rubrique du sujet, tout en gardant en tête la limite caractère de 160-180 caractères des moteurs de recherche.

L’extrait (ou le chapeau) : un seul paragraphe, droit au but, évident.

L’extrait respecte certaines techniques du style journalistique : il doit résumer le sujet rapidement et doit pouvoir être repris comme brève. Là aussi, la nouvelle donne des agrégateurs de contenu (Wikio, Netvibes, Paperblog ou Google News et tous les nombreux annuaires de flux RSS type fluxenet, flux-RSS ou encore Google Reader) impose un style SEO de rédaction très aiguisé; et c’est la pertinence de cet extrait qui va ainsi stimuler le clic des utilisateurs et créer du trafic sur votre site !

Rappel SEO : Par défaut sur la plupart des CMS, c’est l’extrait de l’article (ou les 160 premiers mots si pas d’extrait) qui vont créer le snippet dans les SERPs (à lire aussi) des moteurs de recherche. Et c’est justement votre deuxième chance de créer du trafic au-delà de votre position : un extrait clair et précis qui intègre dès les premiers mots le picth (N’oubliez pas que Google enregistre les clics sur les pages de résultats).

Le Contenu : phrases courtes, paragraphes, visuels informatifs, méta données, repère spatiaux et ressources.

Pour la rédaction de contenu web : gardez en tête que vous écrivez pour des lecteurs et non pas le googlebot (bien sûr ici c’est pas le cas, car sinon j’aurais écrit robot…), cette règle est surtout importante pour ne pas se retrouver dans des textes infectes, ou pire des paragraphes de “keword bombing” qui risquent au pire d’être filtrés négativement par Google. Les nouvelles notions de contenus web qui apparaissent par rapport au papier (et croyez-moi en après une expérience personnelle dans l’éditorial !), sont donc des points de type taille et méta-information inexistant auparavant.

La taille du contenu : avant dominée contractuellement par des cahiers des charges de piges, la taille du contenu est aujourd’hui beaucoup plus flexible. Mais malgré tout certains critères vont améliorer votre visibilité dans Google Actualités, les articles trop courts vont poser le problème d’extraction (erreur type Google News n’arrive pas à comprendre l’article, vos entrées en sont diminuées), de plus le web magazine impose du contenu matériel et subjectif – entendre pas là d’associer des images à vos articles – encore une fois pour susciter les clics d’ouverture sur les résultats de echerches et les listes. Pour résumer un article SEO idéal se trouve aux alentours de 250 mots.

La présentation et les fameux repères spatiaux et sémantiques sont à bien agencer (lire cet article sur la sémantique CSS à respectér dès le développement) :

  • Date : au dessus du titre – au format UTC international
  • Catégorie (surtitre) : à placer au-dessus du titre dans un style moins grand (pas de balise < headline >, pas de la catégorie de l’information (si possible des thématiques métiers plutôt que “actualité”, “en bref” provenant du papier)
  • Mots-clés contextuels (tags) : Un bon article propose minium 3 tags différents, ne pas dépasser les 10, ne pas insérer de tag pour créer du tag (tags qui n’ont pas d’autres articles dans votre site, sauf nouveautés)

Les méta-informations (ou plus couramment metadata) : Effectivement le web apporte l’interactivité et l’utilisateur ainsi que les moteurs sont friands de ressources, d’une part vous augmenterez votre nombres de pages vues par visites en proposant des rebonds d’après lecture et d’autre part un article proposant des liens externes et contextuels internes va optimiser la diffusion du PageRank dans le site et confirmer au robots son univers sémantique (je parle de réacteur nucléaire et  je fais référence à d’autre contenus en lien direct). Citer les sources n’est pas toujours une habitude du journalisme. Pour un article de 250 mots, vous pourrez facilement fournir 5 à 10 liens. Bien que de nombreux CMS proposent des liens contextuels dans le workflow, de vrais bon liens en dur dans le paragraphe ont toujours plus de poids.

Les Rich Media (ou vidéos, podcast présentations, …)

L’effet Social Media Optimisation

Une fiche produit PDF, une présentation ou encore un extrait vidéo contextuel : associez ce contenu à votre article. Les nouvelles sources pour les medias audio/video (YouTube, DailyMotion, Vimeo) ou les communautés documentaires (Scribd, ISSUU, Slideshare) proposent aujourd’hui des bouts de code (embed) pour rapidement ajouter votre contenu dans un article de n’importe quel CMS. Mais bien au-delà, cela ouvre la porte au SMO (Référencement réseaux sociaux), qui va vous permettre de créer des chaînes brandées en créant un process pour y publier de manière redondante vos contenus. Vous aurez donc la source pour vos insertions et des leviers grâces aux utilisateurs des ces réseaux. Un chaîne bien référencée, et des vidéos, présentations bien taggués vont permettre de ressortir des les recherches de ces sites et susciter d’autre utilisateur à les insérer (effet dit folksonomy).

10 Comments

  1. @512banque c'est plutôt ennuyeux ce snippet puisqu'il ne prend qu'un extrait de notre texte .. Je pense que les CMS restent assez limités pour l'optimisation SEO. Mieux vaut tout faire soit même au moins on ne risque pas d'être limité ! Après il faut encore avoir les compétences pour le faire .. !

  2. La rédaction est contenu est une tâche fastidieuse cas même. Mais c'est la clé pour optimiser ses chances de réussir sur internet

  3. pour causer contenu….il y en a dans cet article =) thx!!
    pour résoudre plus rapido ces qustions de SEO, ne serait-il pas plus facile de passer par une agence de redac´du genre independent publishing? il parait que c´est une alternative crédible… réactions??

    • @Alberto : effectivement le marketing de contenu (ça c’est la version white hat), le content spinning (ici l’opposé black hat) ou encore les agences qui fournissent des textes se basant sur la réécriture de textes existants (grey hat) sont toutes des solutions que l’in retrouve énormément en ecommerce. Rédaction de descriptif produits uniques (pour varier de l’officiel fabricant trop représenté sur les autres sites), des pages textes à trou sur des requêtes longue traîne peu compétitives peu rentable, voici de nombreux exemples et nombreux applicatifs bas de gamme / haut de gamme du contenu SEO.

Leave a Reply